Fantastique salade d’oranges de Tata Suzanne

WP_20171229_13_27_24_ProWP_20171229_13_28_39_ProWP_20171229_13_27_14_Pro

Bonjour les petits poussins,

Je SAIS que vous êtes gavés.

Gavés comme des petites oies.

Que vous avez mangé trop de foies, trop de truffes, trop de chapon et de champignons à la crème, de bûche au beurre et trop trop trop de chocolats fourrés. Je SAIS.

Que vous aviez bien prévu d’aider papa à refaire le toit, d’aller faire un jogging jeudi et d’arrêter la clope. (de continuer d’arrêter. D ‘arrêter de continuer…enfin, de laisser tomber quoi) mais qu’en fait… béh t’as voulu tester cette super recette de lasagne.

Et que décidément, 4 bouteilles par personne par repas, c’était sans doute trop.

Seulement voila, les fêtes ça n’en finit pas, déjà Noël s’étire sur un mois, entre ceux d’avant (avec le boulot) ceux d’après (avec les Beaux-Parents/tonton-tata/les coupains), les en-retard, voila-t-y pas qu’il y a le nouvel an… et PAN! l’épiphanie histoire d’achever complètement ce qu’il te reste de foie. (pas de foie gras, mais ton foie à toi, celui qui te sert à éliminer tout le foie gras que t’as baffré. Mais qui est probablement devenu un foie gras à son tour).

Bref, il te faut de la vitamine. Du soleil. De la légèreté. Du souffle. Un coup de fouet pour ton pauvre corps meurtri : il te faut la Fantastique salade d’oranges de Tata Suzanne.

Dans ton panier tu mets :

  • 6 oranges NON TRAITÉES
  • 150 g de sucre
  • 2 cuillères à soupe de fleur d’oranger
  • 2 cuillères à soupe de sirop de grenadine

Tu t’armes de ton économe, tu fais des pelures de la peau ( tu pèles juste la peau, pas le blanc!) de 2 oranges. Tu découpes bien fin en bâtonnets ces peaux, (tu  » zestes » on dit).

Tu les colles dans l’eau bouillante pendant 15 minutes, tu égouttes comme des pâtes et tu passes sous l’eau froide.

Tu fourres le sucre dans la même casserole, avec 150g d’eau. Tu fous le feu dessous, tu attends que le sucre ait disparu (5minutes?) et jettes-y les zestes. Tu laisses 15 minutes, à petits bouillons.

Ensuite, tu « lèves les suprêmes » (un peu de vocabulaire, l’amie, pour la nouvelle année) de tes 6 oranges (dont celle que tu as zesté. Tu vas pas gâcher non mais!)

Tu vas voir, lever les suprêmes, c’est certes un peu relou, mais c’est très facile.

Tu pèles à vif (ça veut dire que tu prends l’orange et que tu la pèles direct au couteau de façon à voir directement l’orange, tu tranches dans le vif en quelque sorte, en essayant de suivre le contour normal de l’orange. Ensuite tu tiens ta petite orange dans le creux de ta petite main (tranquillement hein, pas la peine de lui serrer le kiki) et tu passes ton couteau de chaque coté des  membranes, pour détacher le cœur de chaque quartier et en laissant la peau, qui apporte de l’amertume.

Tu fais çà pour tous les quartiers de toutes tes oranges, à chaque fois, et le trognon qu’il reste tu le presses entre tes petites paumes graciles pour récupérer le jus dans le plat de service. Tu mets les suprêmes dans le plat. Tu ajoutes la grenadine et la fleur d’oranger. Et enfin les zestes avec le sirop de sucre encore bouillant, qui va cuire les oranges.

Tu filmes, et tu mets de coté jusqu’à demain, PAS au frigo, ce qui tuerait toutes les magnifiques saveurs que tu t’es échiné à faire éclore.

Tadaaam, tu as la classe à Dallas, la classe américaine et la classe à St Tropez à la foie. Euh fois.

Cuve bien, et quand tu t’effondreras de plaisir et que tout ton corps te diras « mercimercimerci« , ais une petite pensée pour Tata Suzanne.

WP_20171229_13_29_44_Pro