La Charlotte anti gateaux-mouillés

on

charlotte chocolat

 J’ai jamais trop aimé la charlotte, qu’elle soit aux fruits, au chocolat, à la vanille… le syndrome du « gâteau mouillé » est rédhibitoire chez moi. Mais ma sœur m’a demandé les yeux mouillés de lui faire une charlotte. Qu’est-ce que je pouvais faire moi, hein, je te le demande !

Donc bim bam, une charlotte sans gâteau mouillé, une charlotte qui défonce !!

 

Le biscuit

  • 4 œufs
  • 100 g de sucre
  • 50 g de farine
  • 50 g de fécule de maïs
  • 40 g de beurre fondu
  • 200g de chocolat noir

C’est presque la même procédure que pour le Hérisson de citron, donc je m’autoplagie.

Sépare donc tes blancs des jaunes.

Ajoute le sucre aux jaunes et fouette-z-y jusqu’à ce que le mélange en devienne tout pâle et tout mousseux. (On dit « blanchir les jaunes » si tu veux le placer dans tes soirées mondaines.)

Pour qu’ils fassent partis de la fête, ajoute donc la farine, fécule et beurre, et faiblis pas, touille, touille !

Au tour des blancs de se faire fouetter : (Mais là, fais toi aider par la fée électricité et prend ton batteur). Dans un plat à part, monte-les bien ferme et ajoute le sucre en pluie (on dit « serrer » les blancs dans le jargon.) (Et « serrer sous la pluie« , c’est pas poétique çà, honnêtement?)

Verse tes blancs fermes sur les jaunes mousseux, et mélange très doucement, à la maryse. L’idée c’est de poser le fouet, de prendre une spatule en bois (ou une maryse en fonction de ton degré de fourniture de pâtisserie), et de trancher l’appareil en deux, soulever les jaunes et les rabattre sur le blanc. Un quart de tour au saladier et on recommence. A la fin, l’appareil a doublé de volume. Si jte jure, c’est simple. Il faut seulement être tout doux.

Préchauffe ton four à 180.

Ensuite, tu verses ta pâte sur une plaque chemisé de papier sulfu et tu l’étales pour qu’elle fasse 5 mm de hauteur, partout partout.

Au four pour 13 minutes. La prend une minute pour admirer ton œuvre à travers la porte et te remettre de tes émotions.

Prépare un torchon (propre…) et humidifie-le. Et au sortir du four,  ton biscuit doit être bien moelleux. Pose ton torchon à plat dessus pour qu’il ne sèche pas.

Fais fondre le chocolat (micro-ondes, casserole, feu de bois…) et étale le sur le biscuit ( tu as BIEN SUR ôté le torchon au préalable…)

Roule-le fort serré, et entoure de papier film. Fourre au frigo le temps que le chocolat fige.

Chemise ton bol de film alimentaire (plus facile pour le démoulage).

La mousse :

  • 200g de chocolat
  • 3 œufs
  • Une bonne pincée de sel
  • C’est tout. (Tu as bien compris ? C’EST TOUT. C’est la meilleure recette de mousse au monde, alors cache-moi ce beurre ce sucre et cette crème que je ne saurais voir.)

Sépare le blanc de jaunes (T’inquiètes, ils vont se revoir bientôt)

Fais fondre le chocolat (sous l’aisselle, au poêle à bois, à la vapeur…), attend qu’il refroidisse un peu avant de mettre les jaunes (histoire de pas faire une omelette au chocolat)

Monte tes blancs en neige fort ferme et ajoute-les très délicatement au mélange chocolat/jaunes.

 

File chercher ton biscuit.

Découpe des tranches d’un petit centimètre et tapisses-en ton bol. Gardes en 6 pour le dessus (qui au final sera la dessous quand tu démouleras.) (je t’ai perdu la non ?)

Jettes-y délicatement la mousse au chocolat et recouvre avec les tranches de biscuit que tu auras gardé. Filme à nouveau et réserve au frais jusqu’à l’heure du dessert (au moins dans une heure).

N’oublie pas de démouler sur un plat en or massif et d’ôter le film pour avoir la sseucla que tu mérites.